Le Chateau aux mysteres Index du Forum 
 FAQ   Rechercher   Membres   Groupes    S’enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 



 Bienvenue a tous! 
Bonjour et Bienvenue a tous!  
 
La Réouverture du Château cette semaine   
 
et au plaisir de passer d'agréablement moment tous ensemble 
   
dans les couloirs hantés du château   
 
     


 
la civilisation egyptienne

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Chateau aux mysteres Index du Forum -> Le Donjon de la vérité -> Les murs du mystères -> Histoire des Civilisations
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Eowyn

Sorcier(e)

Hors ligne


Inscrit le: 23 Nov 2007
Messages: 1 303
Localisation: Aubure

MessagePosté le: Dim 6 Avr - 10:59 (2008)    Sujet du message: la civilisation egyptienne Répondre en citant

La civilisation de l'Egypte antique
Du rassemblement des tribus égyptiennes pour la création du premier empire pharaonique jusqu'à son effondrement au début de notre ère, l'Égypte antique a été le théâtre d'événements majeurs qui ont marqué l'esprit et la culture d'une grande partie des peuples d'Afrique, de la Méditerranée et d'Asie mineure.[ Retour sur l'article principal: Découverte de l'astrologie de l'Egypte Antique ]
C'est à la fin du néolithique que les tribus égyptiennes commencent leur rassemblement pour aboutir à la constitution de deux royaumes distincts mais étroitement liés. On attribue généralement au royaume du Sud l'unification du pays et l'établissement des institutions pharaoniques.
L'histoire de l'Égypte antique se caractérise par l’incroyable longévité d’institutions mises en place à l’aube de l’histoire, qui, bien que n’étant pas restées figées, ont résisté aux périodes les plus troublées. Au centre de ces institutions se trouve le pharaon, roi et seul intermédiaire entre les hommes et les dieux, garant de l’ordre contre le chaos, représenté par les ennemis extérieurs (envahisseurs) et intérieurs (désordre social). 
L'histoire de l'Égypte antique, se divise en plusieurs périodes :
La Période prédynastique
Cette période, encore assez méconnue, représente les temps qui précédèrent l’unification du pays et l’établissement des institutions pharaoniques. Elle commence par la sédentarisation des peuples des bords du Nil et l'apparition de l'agriculture et de l'élevage à la fin du néolithique.
Elle s'étend sur une période de 2000 ans, allant des environs de 5000 à 3000 avant notre ère et est subdivisée en trois époques :
* L'époque badarienne (5000 à 4000 avant notre ère)* L'époque amratienne (4000 à 3500 avant notre ère)
* L'époque gerzéenne (3500 à 3000 avant notre ère)

C'est au cours de cette dernière époque qu'apparut l'écriture en Égypte sous la forme de hiéroglyphes archaïques et uniquement figuratifs.
Durant la fin de la période prédynastique, l'Égypte était divisée en deux royaumes: un roi pour le Nord et un pour le Sud. Les rois du Sud (à l'origine de l'unification) avaient pour capitale Hiéraconpolis. C'est d'ailleurs sur ce site (dont il ne subsiste que quelques ruines) que l'on a découvert les quelques textes (gravés sur des objets) qui nous ont permis d'en apprendre un peu plus sur cette période.
La période prédynastique, se termine, comme son nom l'indique, à la création de la première dynastie pharaonique. Elle survient avec l'unification du pays par Narmer. On donne parfois le nom de « dynastie 0 » aux rois qui se sont succédé jusqu'à Narmer aux alentours de 3100 à 3000 avant notre ère.
La Période de L'Ancien empire
L’Ancien empire égyptien est considéré par beaucoup, comme l’âge d’or de la civilisation pharaonique.
La centralisation amorcée sous les dynasties thinites, va permettre des développements artistiques et architecturaux, tandis que se sont regroupées autour du roi toutes les ressources du pays.
L’Ancien empire couvre une période allant des environs de 2700 à 2200 avant notre ère et est formé de quatre dynasties :
* IIIe dynastie (2700 à 2620)* IVe dynastie (2620 à 2508)
* Ve dynastie (2508 à 2350)
* VIe dynastie (2350 à 2200)

Après l’unification du pays, l’Ancien Empire est le sommet de la déification du roi. C’est l’époque de la construction des grandes pyramides. L’Ancien Empire commence après les deux premières dynasties qui sont qualifiées de thinites par Manéthon car elles proviennent probablement de la ville de Thinis. Il s’achève à la fin de la VIe dynastie.

C’est l’époque des premières pyramides. D’abord la pyramide à degrés à Saqqarah sous le règne du pharaon Djoser, puis des trois pyramides de Snéfrou (pyramide à degrés de Meïdoum, pyramide dite rhomboïdale et pyramide parfaite de Dachour) et enfin les pyramides monumentales du plateau de Gîza (celle de Khéops, Khéphren et Mykherinos).
Il s’agit aussi d’une période d’expansion territoriale avec vers 2650 avant notre ère la conquête du Sinaï par Djoser et vers 2300, la conquête de la Nubie par Pépi Ier. Une autre pyramide, datant du dernier roi de la Ve dynastie, est connue à cause des premiers textes religieux, les Textes des Pyramides que Gaston Maspero y a trouvés : celle d'Ounas.
On considère cette période comme une période de fermeture sur l’extérieur mais qui n’empêchera pas les égyptiens de se développer d’eux-mêmes. Les nobles et les notables sont enterrés dans des mastabas, et l’on y voit un art raffiné, sans toutefois égaler celui du Nouvel empire. La capitale est à Memphis et le dieu impérial est Ptah, mais aussi le dieu soleil Rê, auquel les pharaons s’identifient lors de sa course quotidienne et son combat contre les forces destructrices de la nuit. Les rois sont enterrés surtout à Saqqarah et en Abydos, cité sainte d’Ounnéfer-Osiris. Des temples solaires, « les demeures des millions d’années », sont édifiés pour rendre hommage aux rois en adorant son Ka durant et après sa vie. Vers 2350 avant notre ère, apparaissent les premières traces des textes des pyramides à Saqqarah sous le règne du roi Ounas.
Cette période est marquée par la montée en puissance des nomarques et princes locaux par rapport au pouvoir central usé, entre autres, par le long règne de Pépi II. Commence alors une période de décadence qui mènera l’Égypte, après le règne de la mystérieuse pharaonne Nitokris, à la Ire période intermédiaire. L’invasion du Delta par un peuple asiatique marquera la fin de l’Ancien empire
La Première période intermédiaire
La première période intermédiaire, bien que d’une durée relativement courte (-2181 à -2160 av. J.-C.) a vu passer 15 rois en deux dynasties (VIIe et VIIIe). Elle aura des conséquences importantes sur la conception religieuse, et sur la nature du pouvoir royal.
La Première période intermédiaire (environ 2180 à 2040 avant J.-C.) est cette partie de l’histoire de l’Égypte antique se situant entre l’Ancien Empire et le Moyen Empire. On lui attribue généralement les Dynasties VII à X.
Cette période est caractérisée par l’effacement de l’importance du roi sur la scène politique au profit des nomarques, chefs de provinces (nomes), originalement désignés par le souverain, mais devenus héréditaires avec le temps. Le pouvoir et le prestige du souverain égyptien n'atteindra plus jamais le niveau de l’Ancien Empire. Ce gain de pouvoir de ces élites locales se serait surtout fait sous le long règne du roi Pépi II, qui aurait duré 94 ans, dont la vieillesse l’empêchait de contrôler le pays adéquatement. Vint ensuite le règne de son fils Mérenrê II, qui dura à peine un an, vite remplacé par la femme de celui-ci, la reine Nitocris. Ce règne d’une femme a sûrement porté un coup à la crédibilité du divin roi, permettant aux dynasties solidement implantées dans les nomes de diriger personnellement leurs régions.
La période du Moyen empire
Le Moyen empire commence sous le règne de Montouhotep, mais beaucoup considèrent qu’il démarre sous celui de Montouhotep II, en 2060 av. J.-C., sous la XIe dynastie. La dynastie suivante va produire des rois très célèbres. Les Sésostris (le plus célèbre demeurant Sésostris Ier, nommé en réalité Khéperkarê Senousret) et les Amenemhat (dont le fort connu Amenemhat III). À la fin de la XIe dynastie commencera la seconde période intermédiaire.
Le Moyen empire couvre une période allant des environs de 2033 à 1710 avant notre ère et est formé de quatre dynasties :
* XIe dynastie (2106 à 1963 avant notre ère) Ce n'est que sous Montouhotep II, vers 2033 av. J.-C., lorsque le pays est réunifié, qu'on considère que la première période intermédiaire prend fin et, par voie de conséquence, que débute le Moyen Empire.* XIIe dynastie (1963 à 1786 avant notre ère)
* XIIIe dynastie (1786 à 1725 avant notre ère)
* XIVe dynastie (1675 à 1630 avant notre ère)

C'est une période prospère. La capitale principale est souvent Thèbes (puis à Itshtaouy), d'où sont originaires les rois, dont Montouhotep II, qui réunifia le pays.
Le dieu impérial de l'époque est Montou, le faucon belliqueux adoré à Erment et à Thèbes, mais aussi Amon. La première construction thébaine à lieu sur la rive ouest de Thèbes, avec le temple funéraire de Montouhotep II qui bâtit son temple funéraire dans le cirque rocheux de Deir el-Bahari.
C'est une période ouverte sur le Moyen-Orient, et de nombreuses expéditions y sont envoyées. Les principaux souverains sont les Sésostris et les Amenemhat.
Dans cette époque sont construites les fondations de Karnak, par Sésostris. Mais les rois du Nouvel empire détruiront celles-ci pour construire la Karnak actuelle.
La Deuxième période intermédiaire
Période d'occupation du pays par les Hyksos.
La Deuxième période intermédiaire est une période d'instabilité dans l'histoire de l'Égypte antique qui se situe entre le Moyen empire et le Nouvel empire.
Progressivement, avec l'affaiblissement du pouvoir central, que les pharaons perdent du terrain.
Ainsi la XVe dynastie sera formée par les Hyksos (qui signifie « chefs des pays étrangers ») dont on ignore l'origine exacte mais qui devaient être, soit un peuple du moyen orient, soit une coalition des peuples qui avaient immigré dans le Delta depuis le Moyen empire. Le souverain Hyksos, Salitis s'empare d'une grande partie du pays, grâce notamment à leur avance technologique en matière d'armement que représente la cavalerie, la charrie, les cuirasses ou encore, les cimeterres.
Toutes les provinces font allégeance aux souverains Hyksos. Même Thèbes, qui sera plus tard le foyer de la rebellion, semble s'y plier. Les XIIIe et XIVe dynastie ne s'éteigne pas pour autant, mais perdent une part de leurs autonomies.
La situation restera figé jusqu'au règne de Taà Ier et de son concurrent Hyksos, Apophis. C'est en effet au cours de leurs règnes qu'une longue guerre de libération s'est engagée. Elle serra poursuivi par Taà II, puis Kamosé qui repoussera la frontière Nord de son royaume jusqu'au delta du Nil. Elle sera achevée par Amhosé qui en plus de chasser les Hyksos jusqu'en Asie mineure, se rendra également maître de la Nubie, mettant fin à la XVe dynastie Hyksos et au royaume Kouchite de Bouhen (où il installera une importante garnison). Avec lui s'ouvre la XVIIIe dynastie et le Nouvel empire.
La période du Nouvel empire
Le Nouvel empire est considéré comme la période la plus prospère de toute l'histoire égyptienne. C'est une période de raffinement et d'évolutions qui s'étale sur un peu plus de cinq siècles. L'initiateur en est Ahmosis, premier roi de cette époque. Chasseur des Hyksôs (Indo-européens), il va mettre en place les fondations du Nouvel empire en compagnie de sa mère Ahotep et de son épouse Ahmès-Néfertari. Le Nouvel empire couvre une période allant des environs 1500 à 1000 avant notre ère et est formé de trois dynasties : XVIIIe (1552 à 1292), XIXe (1292 à 1186) et XXe (1186 à 1069).

C'est une période se caractérise par un renouveau culturel et artistique, dont l'apogée sera la période amarnienne, qui s'explique en partie par l'ouverte du pays vers le monde extérieur, comme l'Asie mineure, la Crète ou le Hatti. C'est de cette époque que nous viennent certains des plus beaux témoignages architecturaux (temple de Louqsor, tombe de Séthi I, Ramesséum, Abou Simbel, etc.).
Le Nouvel empire couvre une période allant des environs de environ 1500 à 1000 avant notre ère et est formé de trois dynasties :
* XVIIIe dynastie (1552 à 1292 avant notre ère) ;* XIXe dynastie (1292 à 1186 avant notre ère) ;
* XXe dynastie (1186 à 1069 avant notre ère) ;

Parmi les personnages illustres de cette époque, il faut retenir les noms de :
* Amenhotep ;* Thoutmosis ;
* Hatchepsout ;
* Akhénaton ;
* Toutânkhamon ;
* Horemheb ;
* Ramsès ;
* Séthi ;
* Taousert ;
* Sethnakht ;

C'est une période très ouverte vers le monde extérieur, comme la Crète, le Hatti (ennemi un certain temps), etc.
C'est de cette époque que nous viennent les plus beaux témoignages architecturaux (temple de Louqsor, tombe de Séthi I, Ramesséum, Abou Simbel, etc.)
C'est pour nous la période la plus connue de l'histoire égyptienne : expansion territoriale, et surtout beaucoup de personnalités connues.
Ainsi, l'Égypte avait acquis une sorte de réputation mondiale. Cependant, les territoires au-delà de la vallée du Nil n'était pas bien contrôlés (notamment les principautés palestiniennes qui, bien que contrôlées par un conseiller égyptien, restait sous la domination des populations autochtones). De nombreux témoignages montrent que l'Égypte souhaitait quand même dominer le monde «jusqu'à ses limites », cela restant utopique, surtout quand on sait que l'Égypte n'a jamais su pacifier la région de la Syrie septentrionale et centrale où il rivalisèrent d'abord avec les princes du royaume du Mitanni puis avec les Hittites.
La politique intérieure au début de nouvel empire est basée sur l'importance de la famille royale au sein du culte divin.
Les différents pharaons de cette époque ont marqué par leur politique la civilisation de l'Egypte. En voici certains des plus célébres.
Hatchepsout et Thoutmosis III
A la mort de Thoutmosis II, c'est le fils d'une épouse secondaire, Thoutmosis III, qui monte sur le trône. En raison de son jeune âge, la régence revint à sa tante et belle-mère, Hatchepsout, fille de Thoutmosis Ier et épouse de Thoutmosis II. Hatchepsout s'imposa au niveau politique. Elle dressa de nombreux obélisques dans le temple de Karnak et construisit un magnifique temple funéraire sur la rive Ouest de Thèbes, au lieu-dit Deir el-Bahari. Dans ce temple, on peut voir des scènes de théogamie, où est relatée la naissance divine du pharaon.
L'histoire retiendra une Hatchepsout pacifique et un Thoutmosis III belliqueux et parfois même un peu trop énergique : au cours d'une chasse de cent vingt éléphants dans une plaine de l'Oronte, le roi avait fait une démonstration personnelle de son audace, mais un officier avait dut intervenir pour le tirer d'une situation périlleuse.
Akhénaton, l'hérétique
Amenophis IV, fils d'Amenophis III et de Tiyi, épousa Nefertiti, d'origine étrangère. Six ans après son couronnement, il remplace le culte d'Amon par celui du dieu solaire. C'est à partir de l'an V du règne d'Akhenaton que la reine mère ainsi que la cour au complet déménagea pour le palais de l'actuelle Tell el-Armana, en Moyenne-Égypte. Akhetaton («horizon d'Aton ») était le nom de cette ville, destinée à la fonction de capitale. En changeant de capitale, il changea son nom pour être plus connu sous le nom d'Akhenaton, probablement par provocation aux règles religieuses précédentes ; il centralisa le culte solaire au palais royal avec le temple du palais d'Aton et un temple funéraire, et sa tombe fut volontairement édifiée loin de celles des fonctionnaires de la cour dans le désert oriental. En architecture comme en sculpture on note de profondes modifications, ainsi souvent on représente Akhenaton par des statues relativement laides au niveau de l'expression, ceci étant dû à la modification des canons artistiques, et non forcément la réalité physique.

Akhenaton mourut sans successeur, on abrogea rapidement ses réformes et Amon retrouva sa place à Karnak. Le gouvernement revint à Memphis, quittant Akhetaton, et la tombe du successeur d'Akhenaton fut construite comme à l'habitude à Thèbes.
Ramses II
C'est le successeur de Sethi Ier fut un guerrier. IL rentra en guerre contre le roi Hittite, lors de la bataille de Qadesh où il n'i au aucun vainquer véritable. Cette bataille marque cependant un tournant dans l'histoire des relations entre l'Égypte et le Proche-Orient : le roi Hittite, ayant des problèmes de politiques interne, de famines et d'épidémies, convint avec le pharaon qu'une victoire totale n'était pas possible et signa un accord de paix. Plus tard, Ramses II épousa une princesse hittite.

Ramses mourut à quatre-vingt-dix ans, après un règne bien occupé. Hormis les victoires, il fit des nombreux sanctuaires portant son nom dans tous les centres d'habitation du pays, souvent grâce à l'or obtenu par l'exploitation intensive de l'or nubien. Parmi ses quatre-vingt-dix enfants, Khâemouaset, un de ses fils, eut la tâche de réintroduire les anciens cultes et certaines de ses filles occupaient la fonction de Grande Epouse royale. Malgré cet apogée apparent, l'édification des temples, les victoires successives cachent une entrée dans une crise économique dévastatrice pour l'Égypte.Après le règne de celui-ci, la Haute-Égypte fut déchirée par une guerre civile nord-sud, et la situation se dégrada sous le règne de Ramses III.

La troisième période intermédiaire
c'est une Période de domination syrienne et perse.
A la fin de la XIXe dynastie, Ramsès XI (1098-1069)a perdu tout pouvoir et le pays se divise : à partir de 1080 environ, Hérihor, grand prêtre d'Amon à Thèbes, devient une sorte de pseudo-pharaon, à Thèbes alors que Ramsès XI dirige le nord du pays.
Pendant ce XIe siècle, des tribus libyennes, les "Machaouach", s'infiltrent en Egypte et forment des chefferies dans l'ouest du delta.
La division du pays, les guerres intestines, affaiblissent profondément l'Égypte. Les Assyriens en profitent et, en 667, Assurbanipal impose sa suzeraineté aux roitelets égyptiens. C'est hélas le début d'une longue série d'invasions qui se poursuivront, après la fin de la « 3e période intermédiaire », tout au long de la Basse Époque. Ainsi peut-on dire que la décadence de l'empire égyptien a commencé dès la fin de la XXe dynastie et du règne des Ramessides.
La période de la Basse époque
La Basse époque se caractérise par des prises de pouvoir successives de souverains étrangers entrecoupée de courtes périodes d’indépendances. Ces souverains, bien que de cultures très différentes, s’adapteront tous au modèle égyptien et respecteront ses valeurs fondamentales. Ils se feront en effet proclamer pharaon (sauf durant la période perse) et choisiront une titulature royale calquée sur celles des anciens rois, certains cherchant même à retourner vers un archaïsme architectural et lyrique tout droit issu de l’Ancien et du Moyen empire.
La Basse époque commence par la réunification du pays par Piankhy qui inaugure la Période éthiopienne. Elle perdra le contrôle du pays après l’invasion assyrienne qui laissera de profondes blessures dans l’esprit des égyptiens, les assyriens pilleront en effet des temples et brûleront certaines villes. Ne pouvant gérer le pays, ils favoriseront la dynastie saïte d’origine libyenne. Par la suite, l’Égypte deviendra une province, d’abord de l’empire perse, des grecs, puis des romains avec entre chaque, de courtes périodes d’indépendances.
L'art et la religion sont également fortement marqués par la double influence de l'extérieur et la tendance a l'archaïsme. C'est ainsi que l'on voit apparaître de nouveaux thèmes dans les décorations ainsi que des divinités hybrides (Bastet en oiseau avec une tête de chat, la divinité Toutou, etc.). La vénération des temps glorieux (et lointains) entraîne la divinisation de plusieurs grandes figures de l'histoire égyptienne comme Imhotep, Amenhotep fils de Hapou ou encore Horemheb. Du côté religieux, le culte des animaux (comme le taureau Apis) gagne en popularité : le Serapeum de Memphis est agrandi pour que les fidèles affluent. Saqqarah devient un centre religieux important (notamment les nécropoles d'animaux). Le culte d'Osiris et d'Isis se développe considérablement, la raison de ce vif succès est certainement la souffrance endurée par les Égyptiens lors des occupations: le dieu n'a-t-il pas été assassiné par son frère et sa malheureuse épouse éplorée ?
La période de la fin de la civilisation
La fin de l'histoire égyptienne varie en fonction du point de vue adopté. Elle prend fin :
* d'un point de vue politique, à la mort du dernier souverain autonome, Ptolémée XV (Césarion) en 30 avant notre ère;* d'un point de vue culturel, à la conversion du dernier temple égyptien en église copte, le temple d'Isis à Philae en 535 de notre ère.
* d'un point de vue ethnologique, à la mort du dernier pharaon autochtone, Nectanébo II en 343 avant notre ère;

Après cette breve histiore de cette riche civilisation de l'Egypte antique, voyons d'autres aspects de cette periode.
La géographie de l'Egypte antique :
La géographie de l'Égypte antique, que ce soit d'un point de vue climatique que géopolitique, est assez proche de celle de l'Égypte contemporaine. L'Égypte est un pays au climat semi-désertique dont seule la bande fertile de part et d'autre du Nil, le Delta et quelques oasis éparses, sont propres à l'implantation humaine. Le reste est recouvert par le désert Libyque à l'ouest, le désert Arabique à l'est et le Sinaï au nord-est. Les frontières « traditionnelles » de Égypte antique sont assez semblables aux frontières de l'Égypte moderne. Ainsi, dans l'Ancien empire, le pays est délimité au nord par la méditerranée, au sud par la première cataracte du Nil, a l'ouest par le désert libyque et à l'est par la mer rouge et le désert du Sinaï. Le territoire égyptien était découpé en régions administratives, les nomes, qui étaient gouvernées, au nom de pharaon, par des nomarques.

L'agriculture dans l'Egypte antique :
Il existe un étonnant paradoxe entre l'image que les Égyptiens de l'Antiquité avaient de leur agriculture et l'image qu'en avaient les visiteurs étrangers. Ainsi, alors que les scribes dépeignent le métier d'agriculteur comme le plus harassant et ingrat des travaux manuels, les voyageurs grecs comme Hérodote et Diodore de Sicile s'extasiaient devant cette terre où les plantes semblaient pousser sans grand effort.

L' organisation politique dans l'Egypte antique :
L'Égypte antique est une théocratie. Bien plus qu'un roi, le pharaon était à la fois l'administrateur principal, le chef des armées, le premier magistrat et le prêtre suprême de l'Égypte. En effet, pharaon avait une mission à remplir : mettre en œuvre la règle de Maât sur la terre; c'est-à-dire assurer l'harmonie entre les hommes et le ciel, être garant de la morale de son peuple, contribuant ainsi à assurer son éternité.
L'art dans l'Egypte antique :
L'Art de l'Égypte antique est caractérisée par une idée d'ordre : des lignes claires et simples, associées à des formes simples et des aplats de couleur. Les artistes utilisaient des lignes perpendiculaires, verticales et horizontales, pour former un quadrillage et donner des proportions correctes à leurs travaux. L'art reflétait l'importance sociale, religieuse et politique. La hauteur des personnages dépendait par exemple de leur rôle dans la société : les plus importants étaient les plus grands - il n'y avait par ailleurs pas de perspective. Le pharaon est ainsi toujours représenté comme le plus grand des hommes; et de même les dieux sont plus ou moins imposants selon qu'ils sont considérés plus ou moins puissants.
La Mythologie dans l'Egypte antique :
Les Égyptiens de l'Antiquité ont cherché à interpréter tous les phénomènes qu'ils pouvaient observer par le prisme de leur croyance séculaire. La notion la plus importante pour eux est celle de cycle :
* le cycle du jour avec le soleil renaissant chaque matin,* le cycle des années avec l'inondation annuelle qui pouvait être source de joie comme de peine (en cas de trop faible ou trop forte crue),
* le cycle de la vie avec les naissances qui succèdent aux morts.





Source: http://www.abastrologie.com/astrologie/civilisation-eguypte/astrologie.php



Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité







MessagePosté le: Dim 6 Avr - 10:59 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
DouceIsa

Fondatrice

Hors ligne


Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 5 644
Localisation: Dans ma Tour

MessagePosté le: Mer 30 Juil - 16:05 (2008)    Sujet du message: la civilisation egyptienne Répondre en citant

;ADORE: merci ma belle je n'avais pas vue ton article
vraiment plus que complet et interessant.

Excellent et je vais faire un petit tour sur ce site voir ce qu,il y a d'interessant aussi.



Revenir en haut
MSN
spider

Administrateur

Hors ligne


Inscrit le: 05 Déc 2007
Messages: 3 081
Localisation: un claquement de doigts et je suis la

MessagePosté le: Ven 1 Aoû - 14:05 (2008)    Sujet du message: la civilisation egyptienne Répondre en citant

merci super instructif et le cite et vraiment interressent 





Revenir en haut
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 17:38 (2016)    Sujet du message: la civilisation egyptienne

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Chateau aux mysteres Index du Forum -> Le Donjon de la vérité -> Les murs du mystères -> Histoire des Civilisations
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template :: RPG
Produit par :: Oyo
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures