Le Chateau aux mysteres Index du Forum 
 FAQ   Rechercher   Membres   Groupes    S’enregistrer 
 Profil   Se connecter pour vérifier ses messages privés   Connexion 



 Bienvenue a tous! 
Bonjour et Bienvenue a tous!  
 
La Réouverture du Château cette semaine   
 
et au plaisir de passer d'agréablement moment tous ensemble 
   
dans les couloirs hantés du château   
 
     


 
La découverte d'Otzi(Oetzi)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Chateau aux mysteres Index du Forum -> Le Donjon de la vérité -> L'Archéologie -> Préhistoire
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
DouceIsa

Fondatrice

Hors ligne


Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 5 644
Localisation: Dans ma Tour

MessagePosté le: Mer 27 Fév - 14:31 (2008)    Sujet du message: La découverte d'Otzi(Oetzi) Répondre en citant


LA DÉCOUVERTE D'OTZI EN 1991
 


Le 19 septembre 1991 on découvre un corps momifié
dans, dans un glacier en altitude du Tyrol italien, près de la frontière autrichienne. Elle est dans un remarquable état de conservation pour une dépouille qui compte 53000 ans…

En revanche certaines personnes qui ont été à son contact n’ont pas bénéficié de cette longévié. « Oetzi » porterait la poisse.



Ainsi, Helmut Simon, le touriste randonneur allemand qui a découvert la momie est mort lors d'une randonnée.

le chef de raid parti à sa recherche, Dieter Warnecke, 45 ans, succombe en pleine force de l'âge à une crise cardiaque foudroyante. Sa famille ne comprend pas: l'homme avait un coeur solide et était doté d'une solide constitution.
l'archéologue qui a le premier examiné la momie est décédé à 55 ans d'une sclérose en plaque.

Le professeur Henn, le chef de la mission scientifique consacrée à Oetzi, est mort à 64 ans dans un accident de voiture,
IL avait de ses propres mains déposé les restes de l’homme préhistorique dans un body-bag, deux ans plus tôt.
Il se rendait justement à une conférence consacrée à Ötzi, au cours de laquelle il devait annoncer des « découvertes sensationnelles ».
Un guide de montagne qui a emmené un journaliste auprès de la momie est mort à 52 ans, aussi accidentellement, mais cette fois dans dans une avalanche,
Rainer Hoelzl, un journaliste de 47 ans est atteint d'une tumeur au cerveau mortelle.
Et enfin, Tom Loy, un archéologue renommé de l'Université de Bribane, Australie, meurt le 21 octobre 2005 d'une infection du sang.
Son corps est retrouvé inanimé devant son domicile dans le Queensland australien. La date du décès remonte à six jours.
Le fait qu'il s'occupait des analyses ADN de la momie n'a pas manqué de faire s'échauffer certains esprits...Cependant, il était affligé de cette maladie du sang depuis 12 ans.




Qui est Otzi?


Cet Homo sapiens sapiens mesure 1,60 m, pèse environ 50 kg, et chausse un petit 38. Il porte une barbe, et…des poux. Il a les yeux bleus et les cheveux bruns. On estime son âge à 46 ans. Lors de l’expertise médico-légale, on constate son mauvais état général. Les articulations sont usées, les intestins parasités, les vaisseaux sanguins calcifiés, les poumons encrassés et il semble que l’homme des glaces ait été soumis à une vie asse stressante. Il devait avoir eu ses raisons : il est affligé d’une fracture nasale, son thorax est défoncé, le poignet droit est fracturé et une flèche en silex lui a traversé l’omoplate gauche. Cette blessure a pu être la cause d'une hémorragie fatale.







.




On s’interroge sur les raisons d’un pareil traitement. De nos jours, un corps retrouvé dans cet état ferait l'objet d'une enquête policière qui se serait certainement soldée par une et une seule conclusion: coup et blessure ayant entraîné la mort.





.



Otzi était chaudement vêtu. On l'a trouvé porteur d'un bonnet en peau d'ours maintenu par deux lanières, d'un manteau en peau de chèvre, et d'une cape faite d'herbes des marais des Alpes. Sous la cape, il est revêtu d'un manteau de fourrure en peau et de braies en peau de chèvre.
Otzi est armé : on retrouve un couteau, deux arcs (un détérioré et l’autre en cours de confection), 14 flèches ( dont deux seulement sont utilisables) dans un carquois. Les pointes des flèches sont collées à l'aide de goudron à base de bouleau.
Otzi était muni également d'une hache en cuivre particulièrement rare à cette époque.
Dans le carquois se trouvait une " corde" longue de 2 m, confectionnée avec des fibres végétales. Deux tendons provenant d'un grand animal, équivalent à un filin de "nylon".

Il a mangé des céréales et du bouquetin lors de son avant-dernier repas, et du cerf lors du dernier.
Otzi se soignait: on a retrouvé des champignons médicinaux fixés à sa ceinture.

Authenticité



Au début, on pensait que la dépouille était beaucoups plus récente. L'idée que cette découverte anthropologique est un coup monté de toute pièce (Rey, F. 1994. Glénat ) durera longtemps. Il faudra que ressortent des résultats scientifiques, trois ans après sa découverte, pour que son authenticité ne fasse aucun doute.

Le Vrai mystère d'Otzi


Le véritable mystère d’Otzi n’est pas sa faculté supposée de lancer des « malédictions », (la proportion de morts est faible si on dénombre tout ceux – ils sont nombreux- qui ont approché la momie et qui se portent toujours bien aujourd'hui..
Ce qui est plus mystérieux, ce sont ses tatouages. En effet, on a retrouvé sur tout le corps des tatouages très simples (croix ou traits),curieusement disposés le plus souvent sur des régions sensibles aux pathologies et traumatisme. La disposition de ces tatouages évoque curieusement les points d’acupuncture chinois.Ces tatouages ne sont pas des tatouages de type décoratif, mais ils sont de type médical !Ils sont uniques pour cette époque. Ce sont les tatouages les plus anciens que l'on connaisse. Des scientifiques affirment qu’un acupuncteur d'aujourd'hui poserait 80% de ses aiguilles là où l'homme des glaces a ses tatouages. La technique de l'acupuncture semble donc grâce à cette découverte beaucoup plus ancienne qu'en Chine. On a donc, à l'origine, utilisé les tatouages pour pratiquer l'acupuncture dans ce qui ressemblait à une séance magique. Et ceci avait certainement un grand effet placebo comme c'est encore le cas aujourd'hui entre les acupuncteurs et leurs patients. Le montagnard devait se trouver réellement soulagé de ses articulations douloureuses.




source:Alexdesilesie.oldiblog.com



Revenir en haut
MSN
Publicité







MessagePosté le: Mer 27 Fév - 14:31 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Elfen

Sorcier(e)

Hors ligne


Inscrit le: 05 Déc 2007
Messages: 1 730
Localisation: L'arbre creux

MessagePosté le: Mer 27 Fév - 17:15 (2008)    Sujet du message: La découverte d'Otzi(Oetzi) Répondre en citant

« Oetzi » porterait la poisse. Pour info mon ex aussi........



Revenir en haut
DouceIsa

Fondatrice

Hors ligne


Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 5 644
Localisation: Dans ma Tour

MessagePosté le: Mer 27 Fév - 17:33 (2008)    Sujet du message: La découverte d'Otzi(Oetzi) Répondre en citant

;2MDR; ;2MDR; ;2MDR; Oui mais tu es vivante par chance  ;DANCE ;Calin:



Revenir en haut
MSN
Elfen

Sorcier(e)

Hors ligne


Inscrit le: 05 Déc 2007
Messages: 1 730
Localisation: L'arbre creux

MessagePosté le: Mer 27 Fév - 18:08 (2008)    Sujet du message: La découverte d'Otzi(Oetzi) Répondre en citant

Je me suis sauvée qu'est ce que tu crois!!! MDR4



Revenir en haut
DouceIsa

Fondatrice

Hors ligne


Inscrit le: 17 Nov 2007
Messages: 5 644
Localisation: Dans ma Tour

MessagePosté le: Mer 27 Fév - 18:49 (2008)    Sujet du message: La découverte d'Otzi(Oetzi) Répondre en citant

Article datant de Janvier 2008

Dernières nouvelles d'Ötzi, l'homme des glaces



Michèle Aquaron

Nouvel article 2008

Ötzi est devenu un extraordinaire sujet d'étude pour les scientifiques.
Cet « individu vivant » figé par la mort, vêtu et armé, n'a pas été trouvé dans un
contexte funéraire. Il nous offre donc l'opportunité rare de reconsidérer le Chalcolithique et le mode de vie du néolithique.

Lors du Congrès Mondial sur les momies (Turin, 2-5 septembre 2004) le Professeur Emma Rabino-Massa (Dipartimento di Biologia animale e dell’Uomo - Università di Torino) a offert aux participants une visite privée et privilégiée au Musée d’archéologie de Bolzano (Sud-Tyrol, Italie)
Avoir la possibilité d’approcher Ötzi provoque une émotion incommunicable. En septembre 2007, l’accès aux documents de la bibliothèque du Musée d’archéologie de Bolzano, me permet de compléter les informations comme « promis » dans le précédent article.


Quelques éléments supplémentaires
L’émergence accidentelle de cette momie improbable, résulte de l’occurrence d’un vent de sable saharien hivernal. Entre le 19, date de sa découverte et le 23 septembre 1991, jour de son extraction complète, cette dépouille a subi quelques mésaventures qui n’ont pas été nécessairement communiquées. Cet individu fut initialement considéré comme un alpiniste moderne surpris par le froid sur le glacier, jusqu’à la découverte d’objets tout à fait inattendus, qui modifiera son statut.


Le corps, retrouvé couché sur le ventre, indiquait une éventuelle chute en avant. Cette hypothèse serait erronée, selon Konrad Spindler (1935-2005). La déformation du nez et de la lèvre supérieure serait la preuve que son visage était couché du côté gauche avant son ensevelissement sous la neige. Ce sont les mouvements du glacier qui auraient déplacé le corps par une rotation latérale, le bras gauche restant dans sa position initiale. Cette position aurait permis une bonne conservation des vêtements situés sur la face antérieure, tandis que le dos était partiellement « déshabillé » par l’écoulement du glacier.
Ci-contre : Schéma du retournement du corps par le glacier- Elisabeth Rastbichler Zissernig, 2006. « Der Mann im Eis » The Innsbruck University Press. [pp. 14]


Agressé, pourchassé par plusieurs individus, les traces de sangs différents et ses dernières blessures en témoignent, il a vraisemblablement fuit en pensant égarer ses poursuivants. Dans sa fuite, il se trouve néanmoins à portée de flèche « de 30 ou 40 mètres, à partir d'une position inférieure » a déclaré le Dr Angélika Fleckinger, archéologue et directrice du Musée d’archéologie de Bolzano.
Il est possible que Ötzi ait tenté de retirer le trait, mais la pointe en silex, désolidarisée de la hampe, reste dans la blessure. Manifestement, ce chasseur, ses armes l’attestent, a trouvé une zone à l’abri des menaces. Puis, les conditions climatiques se sont dégradées, une neige dense tombe effaçant les empreintes de Ötzi avant de l’ensevelir. Son équipement et ses armes ayant été retrouvés sur et auprès de lui expliquerait ou confirmerait que les agresseurs aient perdu sa trace ; en effet, un tel bagage aurait dû être dérobé.


Conjectures à propos de sa mort
Cadavre ou Trésor ? Cet homme surgit du Néolithique, à la morphologie robuste, brachycéphale, au corps apparemment glabre et porteur d’une barbe, suscite encore de nombreuses interrogations. Plusieurs hypothèses sont encore avancées pour tenter d'expliquer les circonstances de sa mort, or l'atteinte de l'artère sous-clavière gauche présente des arguments significatifs.


Les anatomistes de l’Université de Zurich en collaboration avec les italiens (Dr. Eduard Egarter, médecin légiste chef de la Section pathologie, hôpital de Bolzano. Dr. Paul Gostner et Dr. Patrizia Pernter, radiologues à l’hôpital de Bolzano) annonçaient, en juillet 2007, que la « tomographie axiale calculée aux rayons X, assistée par ordinateur ou CT-scan (Tomodensitométrie) montre une lacération de 13mm de l’artère sous-clavière gauche, cause immédiate de la mort. « Ces images montrent aussi un hématome majeur, ce qui signifie qu'il doit y avoir eu une importante hémorragie interne » Frank Rühli. (MD, PhD Division of Macroscopic Anatomy Institute of Anatomy University of Zurich) Cette technologie contribue à « traquer » la (ou les) causes de cette mort énigmatique sans effectuer une autopsie destructive. À Bolzano en 2007, l'équipe italiano-autrichienne a mis en évidence, grâce à une nouvelle série d'images en 3D, de graves lésions crâniennes sur Ötzi.

Il n’est pas rare de découvrir, au mésolithique et au néolithique, des squelettes humains avec des flèches fichées dans les os. Les ossements d’un individu de sexe masculin, vieux de 5600 ans, découvert à Feldmeilen (Suisse) dévoilent deux pointes de flèches en silex plantées dans les os.
http://www.hominides.com/html/lieux/arc-fleche-neolithique-solutre.html

Précision sur la datation de Otzi


La datation a été estimé à 5300 ans BP (Before Present) puis à 4546 ± 15 ans BP d’après l’analyse par SMA (La spectrometrie de masse par accélérateur) des isotopes 12 et 13 du carbone, qui nécessite très peu d'échantillon . Si la chronologie du Néolithique est particulièrement délicate à établir (elle diffère en fonction des régions du monde), les conclusions de cette étude bousculent la hiérarchie historique du Néolithique Européen.
L’Âge du Cuivre ou Chalcolithique des préhistoriens français (Eneolitico, pour les préhistoriens italiens) désigne souvent une étape de transition entre les industries lithiques et osseuses, caractéristiques du néolithique final et l'Âge de Bronze,
soit vers 2 500 à 1 000 av J.-C. par convention.

Estimation de l’âge au décès
L’âge évalué au décès d'Ötzi indique qu’il avait environ 46 ans.

Face à des restes humains, deux questions essentielles se posent : quel est le sexe de l’individu et à quel âge est-il décédé ?
L’estimation de l’âge au décès des individus adultes représente actuellement certaines difficultés dans toutes recherches paléoanthropologiques (Masset, 1990, 1993 ; Mays, 1998 ; Cox, 2000). L’usure dentaire a fait l’objet de nombreuses explorations, mais elle dépend également des paramètres culturels comme indicateur de l’âge des populations anciennes.
Est également exploitée, la pathologie dégénérative des articulations. La sénescence n’est pas à l’origine de ces pathologies, ce n’est qu’un facteur de risque supplémentaire, au même titre que les facteurs de risques mécaniques, constitutionnels et génétiques (Dutour, 1986 ; Peyron, 1987 ; Resnick, Niwayana, 1988 ; Fournié, 1993 ; Menkes, 1995)
L’évaluation par étude de la synostose des sutures crâniennes, longtemps utilisée, s’est avérée moins fiable à cause de l’inadéquation entre l’âge estimé et l’âge osseux réel du sujet. Cependant, elle est indiquée pour des analyses complémentaires dans le cadre d’une méthode multifactorielle. (Schmitt, A. 2002 Bulletins et Mémoires de la Société d’Anthropologie de Paris, Tome 14, Fascicule 1-2)

La momification d'Otzi
Les conditions climatiques, au moment de son trépas, paraissent coïncider avec un phénomène météorologique qui a lieu principalement dans les hautes montagnes. Il se caractérise par de fortes précipitations sur le versant situé au vent chaud et sec surnommé : effet de Föhn (Foehn). Son corps a gelé et s’est desséché, apparemment à plusieurs reprises, lors des changements climatiques survenus au cours de ces derniers siècles « il a séjourné dans l’eau avant sa momification, ce qui a eu pour effet de « dissoudre » son épiderme et provoqué la formation d’adipocire » (Bereuter et all. 1997) Si le corps présente de nombreuses lésions, déjà citées, ses doigts et ses orteils sont restés intacts mais les ongles ont disparu. Le tamisage du site, l’année suivante, a permis de récupérer l'un d'entre eux. Un deuxième ongle aurait été retrouvé fort à propos lors des fouilles 2007.

Ses tatouages
 
De petits signes de tatouages, très stylisés (croix ou traits) observés sur sa peau, semblent suivre le trajet de certains points d’acupuncture, pratique thérapeutique déjà mentionnée il y a environ 5 000 ans dans l'Ayurveda. (médecine indienne) L’acupuncture avait-elle cours sur le continent eurasien avant qu’elle ne soit documentée en Chine ?  
Actuellement, Ötzi serait le plus vieil exemple de tatouage néolithique connu en Europe, attestant d'une pratique ancestrale. Les premières traces pourraient remonter à l'âge de pierre où des instruments affûtés auraient été utilisés pour soigner les douleurs. Curieusement, des poinçons en bois préhistoriques, trouvés sur le gisement d'Aurignac (Haute-Garonne), ont été interprétés comme des instruments de tatouage.

Ses origines géographiques
 
L’examen de l’une de ses canines a démontré qu’il est né dans une région à terre volcanique du nord de l’Italie. Il s'agit de la vallée de l'Eisack (Wolfgang Muller et son équipe, Université de Camberra, Australie) Le Royal Lolloway Université de Londres envisage d'étudier ses ongles pour confirmer qu’il est né dans cette vallée et d’argumenter que, probablement, il n’a jamais parcouru plus de 60 kilomètres aux alentours de son lieu de naissance. Dans ce cas, on ne pourrait pas affirmer que Ötzi était un nomade du Néolithique.  
Dix sept spécimens d’arbres et d’arbrisseaux ainsi que trente espèces de bryophytes (les mousses, les hépatiques et les sphaignes) ont pu être identifiés sur son corps, son équipement et ses vêtements. Cela a permis de déterminer son habitat, ses origines et d’affirmer, selon la thèse de l’archéologue Urs Leuzinget (Thurgau, Suisse) que sa parenté aurait séjourné sur les bords du lac de Constance.

Quant à ceux qui affirment que, par ses tatouages, Ötzi était Celte, les données archéologiques ou historiques actuelles ne permettent pas d’établir de concordance.
 
Son ADN. Les dernières expertises paléogénétiques confirment l’origine européenne de Ötzi mais le différencie des populations méditerranéennes du Sud.
Quelques uns des prélèvements effectués le 25 septembre 2000 (mis en réserve lors de la seule et unique décongélation du corps) analysés en 2006, ont permis aux chercheurs de l’Université de Camerino (Italie) de rattacher son ADN à l'une des 23 lignées humaines, actuellement définies par l'ADNmt (ADN mitochondrial) et désignée par des lettres de l'alphabet. Otzi appartient à la subdivision K1 de "l’haplogroupe K " (chaque haplogroupe correspondant aux anciennes migrations, les hypothèses sur le peuplement, les migrations, les flux génétiques peuvent, par conséquent, être abordés de façon rigoureuse).
La lignée K est relativement rare parmi le groupe des européens mais plus fréquente au sud des Alpes ainsi que dans la région de l’Ötztal (31 %). Etant donné la faible densité de population de cette époque, nous pouvons en déduire que, sans constituer un véritable « isolat », les liens de parenté devaient être fréquents dans les Alpes.
Les scientifiques ont tenté, en 2007, de fractionner son génome par Pyroséquençage, (technologie de séquençage direct du génome) afin d’analyser les mutations génétiques complexes de l'ADN nucléaire (ADN contenu dans le noyau de la cellule).

Les résultats ne sont pas encore publiés.

Son équipement

Sans conteste, il possède un équipement adapté à la vie en montagne qui lui permet une certaine autonomie : vêtements, armes, récipients en écorce de bouleau, sac et nécessaire à feu.


Ses vêtements
D’après Angélika Fleckinger, son manteau d’herbes des marais (cape en sparterie) lui servait, aussi, de « tente » protectrice contre la pluie. Peut être, aussi, d’isolant avec le sol pour dormir. Manteau multifonction ? Cette cape pouvait, également, lui permettre de se dissimuler facilement lors d’une équipée rapide ou pour la chasse à l’affût.



Ses vêtements sont réalisés à partir de peaux travaillées avec de la graisse animale, en étirant les peaux, puis fumées pour qu’elles soient souples. Peut-être possédait-il des gants, les extrémités du corps humain se refroidissent très rapidement. Ses éventuelles protections étaient-elles conçues comme celles des Inuits, à deux pouces pour être interchangeables ?
http://www.museum-aix-en-provence.org/fiche_gants_inuit.htm

Il était porteur d’étranges chaussures qui pourraient rappeler celles portées par les Inuits. Faite de matériaux divers, la chaussure devient un élément important à exploiter. « Le choix de la matière étaient largement déterminé par la capacité des matériaux utilisés à protéger les pieds contre la rudesse des conditions » ( Bossan M.J. 2004). C’est un objet utile, donnant de précieuses indications sur les modes de vie, son port n’étant pas, a priori, réservé à un groupe social déterminé, au néolithique.


Après étude et reconstitution, ces mocassins de cuir, associés à des fragments de bois, ont suscité une audacieuse hypothèse de raquette de neige (Wood, J. 2005 ). Si son origine exacte reste inconnue, nous pouvons concevoir que des peuples ancestraux, confrontés à des difficultés de déplacements sur des terrains enneigés, inventèrent ce moyen de locomotion.  




Ses armes
Après la hache, le glacier met à jour d'autres armes composites dispersées : arc, carquois, flèches
«De la même façon, Le recul des glaciers de l'Oberland bernois a mis au jour, en 2003, près d'un champ de glace situé entre le grand glacier du Wildhorn et le Schnidejoch (2.756 mètres) un fragment de carquois en écorce de bouleau, des restes de vêtements et divers objets. La datation au carbone 14 (14C) a révélé que certains d'entre eux sont vieux de 5 000 ans. Un morceau de cape est du même type que celle retrouvée près de Ötzi. Plusieurs fragments en cuir permettent de reconstituer une chaussure et des restes de pantalon pourraient contenir des particules de peau humaine. Elles sont actuellement soumises à des analyses d'ADN […] » Communiqué de presse du canton de Berne (11/11/2005)
Ci-contre: les armes éparses de Ötzi.
Elisabeth Rastbichler Zissernig, 2006. « Der Mann im Eis » The Innsbruck University Press. [pp. 26]
Photo de Anton Klocker, gendarme à Innsbruck.
Le 20 septembre 1991 à 14h 15.

Sa hache.
La valeur archéologique de la hache trouvée auprès de lui, sera déterminante dès son estimation du Chalcolithique, par le Pr. Konrad Spindler. Cette hache de cuivre intéresse particulièrement Urs Leuzinger puisqu’on en connaît un autre exemplaire, découvert à Kreuzlingen, près du lac de Constance (dans les vestiges d’un village lacustre du néolithique d’Arbon/Bleiche) Nous savons que sur le plan social, l’objet de métal est associé au prestige, ainsi l’émergence de la métallurgie souligne une accélération de la hiérarchisation sociale. Il est donc envisageable que Ötzi ait eu un statut particulier grâce à « sa » hache mais rien de formel ne prouve qu’il fût un chaman.

Son arc
Les arcs les plus anciens remontent au Mésolithique, c'est une arme à tir tendu qui permet d’atteindre le gibier à distance.
« Sur la base des pratiques actuelles des tireurs à l’arc, on imagine que les hommes préhistoriques tendaient leur arcs à pleine allonge ... en fait on n'en sait rien ! L’ethnographie montre en effet que la longueur de l’arc et de la flèche est variable selon les civilisations, les cultures et les usages que l'on attend de l'arc » Christian Lepers (archer spécialiste du néolithique)
Le carquois contenait une corde en fibres d'écorce torsadées (2 m) soigneusement roulée en pelote au fond de l’étui, qui a été interprétée par certains comme une corde d'arc. Christian Casseyas (archéologue. préhistorien) a réalisé, en 2004, des cordes d’arc en liber de tilleul. Le but de cette tentative était d’apporter une réponse quant à l’usage de la corde retrouvée. Son expérimentation confirme qu’elle a pu servir pour tendre un arc. Cependant, celle-ci est peu souhaitable pour un archer moderne.
« Les tendons trouvés dans le carquois avec la corde d’arc servaient certainement de matériel de réparation pour les vêtements, de ligature pour le poignard et les pointes en bois de cerf à monter sur les hampes de flèches non terminées » Casseyas, C. 2007.

Ses flèches
Les flèches de Ötzi étaient munies d’un empennage radial composé de trois plumes d'oiseaux collées (au brai de bouleau) et ligaturées en gardant un arc de cercle de 120 degrés entre elles (Spindler, 1995; Spindler,1997). Ce système est probablement le plus communément utilisé dans un grand nombre de cultures utilisant l’arc (Roth, 2004).
Ötzi possédait un grand arc (182,5 cm) et de grandes flèches (1m en moyenne). Il est établi qu’une personne de taille moyenne peut utiliser un grand arc.
Celui de Ötzi n’a pas besoin de flèches aussi longues, mais il devait avoir ses raisons (comme les Hadza, en Afrique, quand ils chassent le rhinocéros). La force nécessaire pour bander un arc de façon répétitive, peut entraîner une pathologie de la coiffe des rotateurs (s’il chassait par nécessité, l'épaule était sans doute très sollicitée). Des recherches, sur cette atteinte biomécanique relevée en paléopathologie (et chez certains archers modernes) seront peut-être envisagées ultérieurement.
Tendons trouvés dans le carquois - Crédit : © Musée d’archéologie de Bolzano, Sud-Tyrol



Ses objets
Comme Ötzi, les russes utilisaient, autrefois, des récipients en écorce de bouleau. Le sien contient des essences antibactériennes qui permettent de conserver toutes sortes de produits. Dans un des deux contenants, des braises ont été retrouvées, emballées dans des feuilles. Actuellement, ces objets sont encore fabriqués en Sibérie.
Même si les cours d’eau lui permettaient de se désaltérer, une gourde d'eau, nécessaire et indispensable pour compenser l'effet déshydratant de l'air sec de la montagne, manque malgré les investigations.



Son alimentation
Ötzi a vécu dans une société où la culture des céréales est déjà maîtrisée, comme en témoigne l’examen de ses dents. Sans caries, ni dépôts de tartre, elles présentent une abrasion très importante. Cette altération des dents prouve qu’il absorbait régulièrement et involontairement une fine poussière de silice venue des pierres meulières avec lesquelles il broyait les grains de céréale. (Revue de Paléobiologie, 2005. Genève.Vol. décembre spéc. 10 : 37-47)
Une autre hypothèse, l’usure des dents par « mâchouillement » des peaux pour les assouplir, est moins probable. Ce type d'atteinte peut correspondre à certains gestes techniques, comme l'utilisation des incisives pour assouplir le cuir de phoque chez les Inuit.
Nous savions déjà qu'il a ingéré des céréales et du bouquetin lors de son avant-dernier repas, et du cerf au dernier. « L’analyse des pollens confirme dans les mêmes échantillons, la présence de blé et de fougères. Elle révèle aussi des légumineuses, des plantes de la famille des épinards, des primevères et des boutons-d’or » (Constans Nicolas, 2007) Quant aux autres prélèvements effectués dans son estomac et ses intestins, la mise en évidence de diatomées spécifiques, atteste qu’il a absorbé l’eau des torrents du Val Senales (province de Bolzano) sans doute au cours de son dernier repas. L'eau contenait un petit morceau de pollen d’Ostrier Charme-Houblon (Ostrya carpinifolia). Cette espèce n'existe pas au Nord, elle intéresse seulement la région autour de Katharinaberg (492 m), de Bolzano à Vernagt, au bout du Val Senales. D’autre part, ses intestins étaient parasités par la Trichine (Trichinella spiralis). La recherche des lésions musculaires, causées par Trichinella spiralis, sera effectuée plus tard par l’équipe médicale.
Lors du congrès, célébrant le 10e anniversaire de la découverte d’Ötzi (1991-2001), au Musée archéologique du Haut Adige, fût annoncé par Franco Rollo (Biology Department MCA, UNICAM, Camerino, Italy) la découverte d’Epulopiscium fishelsonii, bactérie géante vivant en symbiose dans l’intestin des acanthures bruns (Acanthurus nigrofuscus, poisson-chirurgien) de la mer Rouge. C'est la seule jamais retrouvée dans des fèces humaines.
« Si Ötzi a mangé de l'Acanthurus la veille de sa mort, c'est que la Méditerranée (« mer au milieu des terres », en latin mare medi terra selon Isidore de Séville au VII e siècle) était chaude à cette époque. Il fut un temps où cette dernière était reliée à la mer Rouge » François de Sarre, ichtyologiste, SPH à Nice.

Peut-on envisager qu’à cette époque des poissons de massifs coraliens aient pu évoluer dans les eaux alpines ?
Les derniers résultats concernant les séquences d'ADN de la bactérie géante, études réalisées en 2007 par le Dr. Franco Rollo et son équipe (laboratoire d'archéo-anthropologie moléculaire) ne confirment pas, actuellement, l'identification d'Epulopiscium fishelsonii. (Information communiquée par le Dr. Franco Rollo le 31 décembre 2007)

Son dernier parcours

« L’analyse des pollens, de la végétation environnante, par des paléobotanistes et des palynologues, comparée à l’étude des pollens recueillis dans son colon, indique que Ötzi n’aurait pas mangé deux mais trois fois. En effet, trois zones de caractéristiques bien distinctes se sont succédées dans les échantillons du contenu colique. Ils ont confirmé que son dernier repas a été absorbé sur les pentes de la vallée de Senales » (Constans Nicolas, 2007)  
Les pollens retrouvés sur ses vêtements, et surtout dans les herbes séchées récupérées dans les « chaussures » prouvent que l'homme vivait en temps normal à moins de 1 600 m d'altitude, c'est-à-dire dans la zone de forêt fréquentée par les cervidés.
Toutefois, les véritables raisons de son périple tiennent encore de l’hypothèse.
 
Conclusion

De multiples analyses scientifiques ont été effectuées sur cette momie, puisque ce corps humain est la meilleure source d’étude des conditions de vie du néolithique.
http://www.hominides.com/html/chronologie/neolithique.html

Toutes les informations fournies depuis seize ans, à propos de Ötzi, bouleversent les données antérieurement connues.
 
Sa présence confirme l'histoire locale des premières traces néolithiques de communautés dans la vallée de l'Ötz au Tyrol. À seulement 10 km du lieu de la découverte de Ötzi, le professeur Walter Leitner (Institut d'Histoire Ancienne de l'Université d'Innsbruck) a découvert un campement, dans un abri-sous-roche nommé Hohler Stein, près de VENT où se trouvaient des foyers et des outils en silex datant du VIe-Ve millénaire av. J.-C. « Avant cette découverte en 1991, la colonisation des hauts massifs dans les Alpes occidentales, à la fin du IVe millénaire, n’avait pas été envisagée » (Bocquet, A. 1993).  
Aucune affirmation singulière ne peut garantir des faits reconstitués, auxquels manquent des éléments de découverte et d’analyse scientifique.

Les glaciers en retrait depuis le XIX° siècle, vont peut-être livrer, ultérieurement, d’autres vestiges. Ils constitueront de nouveaux challenges pour les scientifiques et un support pour concevoir des datations cohérentes de l’histoire alpine et du néolithique.
 

Auteur : Michèle Aquaron, DEA d'anthropologie biologique
postmaster@michele-aquaron.com
 

 




Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:35 (2016)    Sujet du message: La découverte d'Otzi(Oetzi)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Le Chateau aux mysteres Index du Forum -> Le Donjon de la vérité -> L'Archéologie -> Préhistoire
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2016 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com

Template :: RPG
Produit par :: Oyo
Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures