Le Chateau aux mysteres Forum Index 
 FAQ   Search   Memberlist   Usergroups    Register 
 Profile   Log in to check your private messages   Log in 



 Bienvenue a tous! 
Bonjour et Bienvenue a tous!  
 
La Réouverture du Château cette semaine   
 
et au plaisir de passer d'agréablement moment tous ensemble 
   
dans les couloirs hantés du château   
 
     


 
Les différentes Tortures

 
Post new topic   Reply to topic    Le Chateau aux mysteres Forum Index -> Le Donjon de la vérité -> L'enceinte du réel
Previous topic :: Next topic  
Author Message
DouceIsa

Fondatrice

Offline


Joined: 17 Nov 2007
Posts: 5,644
Localisation: Dans ma Tour

PostPosted: Fri 23 Nov - 13:34 (2007)    Post subject: Les différentes Tortures Reply with quote

 Les Différentes Tortures

En raison d’un certain nombre de conflits territoriaux, activités criminelles et trafics divers, la torture est encore couramment pratiquée dans de (trop) nombreux pays d’Amérique Centrale et du Sud. De nombreuses organisations, non gouvernementales (car ces dernières, comme la CIA ou les forces de police de ces divers pays, torturent allégrement !), tentent d’empêcher tant bien que mal ces pratiques horribles mais sans grands résultats, l’instabilité politique de ces pays y faisant barrage. Je ne m’étendrai pas sur le sujet car il y a trop à dire et ce n’est, de toute manière, pas la bonne section. La torture est présente partout où il y a un conflit armé et une grande criminalité, et ce depuis des temps immémoriaux.

Tout d’abord, il faut savoir que le but de la torture est de pousser une personne à révéler des informations qu’elle se refuse à divulguer. Le plus efficace (et économique) est de torturer psychologiquement ladite personne, en la privant de sommeil, pour lui faire perdre petit à petit la notion du temps, et en la plaçant dans une position inconfortable et douloureuse dans un cachot sordide et privé de lumière. Une fois désorientée et déconnectée du monde extérieur, la victime est seule, effrayée et n’a plus sa capacité de réflexion. Elle est désarmée et des menaces sur elle, sa famille, ses proches auront un impact beaucoup plus grand. Cependant, ce genre de torture demande une certaine expérience et avant tout : du temps. De plus, il est plus facile (et sans doute plus jouissif), de torturer physiquement une personne et dans ce cas, il existe un nombre infini de tortures, sans compter les variantes locales, chaque région du monde ayant ses « habitudes et préférences ».

Pour ce qui est de la torture physique, la base est souvent nommée « bastonnade », mais rouer de coup une personne n’est pas sans risques, surtout si on veut lui soutirer des renseignement après. Aussi, il existe certaines règles à observer car le but est avant de maintenir en vie la victime suffisamment longtemps pour qu’elle parle. Aussi, les tortionnaires frappent ils à des endroits clé, douloureux mais non mortels :
- visage, surtout le nez (saigne abondamment, normal en raison du nombre de vaisseaux sanguins, mais cela fait paniquer la victime !) mais en évitant les tempes (trop fort et c’est la mort…). Il faut tout de même observer une certaine retenue car si dans les films, les héros encaissent en toute quiétude des coups de barre à mines dans la face, il n’en est pas de même dans le monde réel et on serait tué sur le coup…
- abdomen, de face car pas d’organes vitaux.
- partie génitales, inutile de frapper fort pour les hommes (les femmes sont violées la plupart du temps).
- membres inférieurs et supérieurs, surtout la plante des pieds : extrêmement douloureux, la victime est frappés avec un bâton fin ou un petit tuyau en plastique, ce qui provoque des hématomes et des plaies sanglantes (et purulentes par manque de soins) empêchant ainsi la personne de marcher. Impossible alors de fuir de ses propres moyens.

Voici un éventail des tourments infligés au Sud de la frontière de la première puissance (soit disant « civilisée ») mondiale :

- La « technique du chiffon » : Pratiquée dans le monde entier, la victime est dévêtue et attachée sur un plan incliné. Un chiffon est introduit dans sa bouche et de l’eau sale (WC, égouts…) y est déversée jusqu’au remplissage total de l’estomac. Des tortionnaires particulièrement vicieux on parfois rajoutés des détergents, de l’essence ou de l’eau de Javel. Ensuite, on roue de coups l’abdomen du supplicié pour qu’il régurgite. La victime a la sensation de mourir par étouffement et panique rapidement. Cette tactique est une sorte de « préliminaire » avant des tortures physiques et psychologiques plus poussées.

- Le « sous-marin » : variante du « chiffon » très apprécié des guérilléros et des trafiquants de drogue, il s’agit d’eau gazeuse dans laquelle on aura fait mariner des piments rouges pendant au moins 3 jours. On pend ensuite la victime par les pieds (ou on l’immobilise de telle manière qu’elle est la tête en bas) et on verse l’eau gazeuse dans le nez…Si vous vous rappelez la douleur que l’on ressent en buvant la tasse, ce n’est qu’un très vague aperçu de la douleur infligée ! C’est extrêmement douloureux et la victime peut mettre plusieurs heures à mourir !

- L’ « hélicoptère » : les bras et les jambes de la victime sont attachés ensembles dans son dos et elle est rouées de coups au visage et dans les côtes, avant d’être traînée dans une cellule humide. Là, en plus d’une violente douleur physique, elle sera torturée psychologiquement par une privation de sommeil plus ou moins longue, violence verbale et menaces diverses. Souvent utilisé par la guérilla et terroriste en tous genres.

- La « corbata » (cravate en espagnol) : Très souvent pratiquée en Colombie, il s’agit d’une torture « rapide » effectuée non dans le but de faire parler la victime, qui sera exécutée peu de temps après, mais pour effrayer la population d’un village ou un groupe de prisonniers. On incise lentement le haut de la gorge, à la base de la langue, et on tire cette dernière le plus possible par le trou avant d’y attacher un poids quelconque (pierre, bouteille…certains l’on parfois percée d’un clou !), d’où le nom de « cravate »…

- La « caisse » : très utilisée dans les pays chaud, il s’agit d’une sorte de cabanon dans lequel le supplicié ne ni s’allonger, s’asseoir et où il reste enfermé toute la journée, sous la chaleur, sans eau, ni nourriture. Un fois le soleil couché, les tortionnaires le sorte de la « caisse » et le frappe sur tout le corps avant de lui faire subir la technique du chiffon exposée plus haut. Si la victime ne parle pas, elle est replacée dans la caisse. Ils arrivent que des rats soient placés avec le supplicié pour le terroriser encore plus et si le bourreau se lasse, un serpent venimeux achèvera le « travail ».

Une variante consiste à faire creuser un trou assez profond à la victime, puis à la mettre dedans (une fois ligotée) en recouvrant le trou par une bâche ou une plaque de tôle. Le tortionnaire peut ainsi verser dans le trou de l’eau sale, des excréments…pour accentuer l’effet et rabaisser d’autant plus la victime.



Torture Nazie

Cette torture est réservée seulement dans le but de faire souffrir les hommes.
Amenez une très belle femme dénudée devant lui pour le masturber quelques minutes; une fois son sexe en érection introduisez lui dans l'urètre une paille de verre très très fine.
je vous laisse imaginer le moment où le phallus perd de sa vigueur; en effet le sexe devient mou mais la paille de verre, elle, est bien ferme et dur.
Made in Gestapo...



* Pour information, je précise aux excités de la chandelle et du chalumeau que la pratique de la torture est passible de la réclusion criminelle à perpétuité selon l’article 212-1 du code pénal. www.legifrance.gouv.fr/WAspad/RechercheSimpleArticleCode







Back to top
MSN
Publicité







PostPosted: Fri 23 Nov - 13:34 (2007)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
DouceIsa

Fondatrice

Offline


Joined: 17 Nov 2007
Posts: 5,644
Localisation: Dans ma Tour

PostPosted: Fri 23 Nov - 13:37 (2007)    Post subject: Les différentes Tortures Reply with quote

 
LES SORTES DE TORTURES DANS LES PRISONS CHINOISES. 





1.Suffocation

Ce genre de torture est ce que la police chinoise et les gardiens de prison ( ci-après désignés par le mot « bourreaux ») emploient souvent pendant les interrogatoires des pratiquants (sur la question de production de documentation contenant les faits sur le Falun Gong et de ceux qui y sont impliqués). Les bourreaux mettent la tête du pratiquant dans un sac de plastique pour le suffoquer tout en lui donnant des coups de poings et de pieds ou en lui donnant des chocs électriques par matraques à haut voltage. La sensation de suffocation est effrayante. Les bourreaux retirent le sac plastique après un moment et demandent à la victime s'il veut bien maintenant fournir les informations demandées, ce qui ferait sûrement tomber ses compagnons pratiquants dans les mains des bourreaux. Si la victime refuse de faire ainsi, les bourreaux répètent la suffocation jusqu'à ce que la victime perde connaissance ou meure.

2. Suspendre les pratiquants avec des poids attachés aux chevilles

Voici une autre torture cruelle que la police chinoise et les gardiens utilisent fréquemment. Les bourreaux suspendent un pratiquant environ un pied au-dessus du sol au début, et demandent à la victime s'il va fournir les informations demandées sur ses camarades de pratique. Quand la victime refuse de le faire, le bourreau lie les chevilles de la victime avec une corde et lui attache un poids, une brique par exemple, à l'extrémité de la corde. Le poids sur la cheville ajoute une douleur additionnelle à la victime. Les bourreaux répètent la même question toutes les quelques minutes. Chaque fois que la victime refuse de trahir sa conscience en échange de la fin de la torture, le bourreau ajoute une brique additionnelle aux chevilles de la victime jusqu'à ce que la victime perde connaissance ou succombe à la torture.

3. Attacher avec des cordes: suspendu dans les airs, les mains derrière le dos:

Attacher avec des cordes” est une autre forme de torture dont j’ai souffert de la part des gardiens. Les deux bras attachés derrière le dos, les deux pieds ne touchant pas au sol ou tout simplement le bout des orteils touchant le sol, la victime est suspendue en hauteur par une corde. Lorsque la corde est attachée de façon serrée, la corde coupe la chair du pratiquant ce qui est extrêmement pénible. En tant que punition sévère, cette torture n’est subie que 2 fois tout au plus, sur des criminels qui tentent de s’échapper du centre de détention. Mais les gardiens emploient ce type de torture fréquemment sur les pratiquants de Falun Gong jusqu’à 8 ou 9 fois. C'est vraiment inhumain!

4. Hacher les fesses du pratiquant avec le bord d’une planche:

C'est un type de torture que chaque pratiquant nouvellement détenu subit de la part des prisonniers détenus de la prison. Ils enlèvent d'abord les vêtements du pratiquant et lui font courber la tête entre deux barres de métal d'une échelle sur un lit jumeau. Chaque "matelas" est fait de plusieurs planches d'un pouce d'épaisseur et de quatre pouces de largeur. Alors, un détenu hache violemment les fesses du pratiquant en employant le bord étroit d'une planche. Le détenu inflige de ce fait des contusions graves et des dommages aux fesses de la victime en un rien de temps. Cela prend plusieurs jours pour que la victime récupère de ses blessures. Les gardes de camp peuvent voir la torture par la vidéosurveillance, mais ils approuvent silencieusement les crimes de ces détenus.

5. Frapper les tibias avec des barres de métal ou de rotin:

Voici une des méthodes de tabassage que les gardiens de camps font subir aux pratiquants de Falun Gong. Les bourreaux flagellent violemment le devant des jambes en se servant de barres de métal ou de rotin gros comme le doigt. Parce qu’il y a moins de chair sur le tibia, la victime souffre de blessures douloureuses. Bien des pratiquants ont été handicapées par cette méthode de torture.

6. Forcer les pratiquants à s’asseoir sur un petit banc pendant de longues périodes de temps:



Les bourreaux obligent les pratiquants à se mettre les mains sur les genoux, le dos droit tout en s’assoyant sur un banc pendant 18 heures par jour. Si le pratiquant remue seulement un peu, il sera immédiatement battu et insulté. En raison des longues séances assis sur des bancs durs aux bords pointus, de grosses plaies se forment sur les fesses, ce qui fait très mal. Ils ne peuvent pas uriner normalement en raison de la douleur. Les gardiens ne permettent pas aux pratiquants d'avoir une ventilation normale ou la chance de voir la clarté du soleil. Des pratiquants ont été enfermés tellement longtemps que la gale, les poux innombrables s’accroissent partout sur leurs corps, ce qui devient extrêmement piquant et douloureux. Le pus qui sort de la gale qui s’infecte colle au pantalon et saigne quand ils enlèvent le pantalon.

7. Chocs électriques à haut voltage par matraques électrochocs:

Donner des chocs par matraques à haut voltage est employé très fréquemment dans la torture aux camps de travaux forcés. Les gardiens administrent les chocs sur les parties sensibles du corps en y versant de l’eau pour amplifier l’impact de la torture. Par exemple, les bourreaux versent de l’eau sur la tête d’un pratiquant et ensuite lui donnent des chocs sur le visage et le cou. Le visage de la victime enfle et devient tordu en quelques secondes. Le visage de certains pratiquants est si enflé qu’il n’y a plus qu’une fente étroite pour chaque oeil. C'est une torture épouvantablement cruelle.

8. Obliger un grand nombre de pratiquants à dormir sur une petite plate-forme de bois:

Les gardiens de camps font également du sommeil une forme de torture pour les pratiquants. Ils forcent un grand nombre de pratiquants à dormir sur une petite plate-forme de bois. La seule façon de placer tous les pratiquants sur une seule plate-forme est de forcer le pratiquant à se coucher seulement sur un côté toute la nuit durant. D'ailleurs, la tête des victimes dormant sur les rangées chiffres pairs doivent être à une extrémité de la plate-forme tandis que la tête des victimes sur les rangées nombres impairs doivent être à l'extrémité opposée de la plate-forme. Dormir de cette façon cause des douleurs au dos qui s’accroît avec le nombre de nuits dans cette position. Pendant les étés chauds et humides en Chine, l’encombrement sur une petite plate-forme comme des boîtes de sardines est péniblement chaud et suffocant. Aucune victime ne peut s’endormi ou se reposer confortablement de la nuit. Cette torture ajoute un tourment spirituel et physique additionnel des pratiquants de Falun Gong incarcérés dans les camps de travaux forcés.




Back to top
MSN
DouceIsa

Fondatrice

Offline


Joined: 17 Nov 2007
Posts: 5,644
Localisation: Dans ma Tour

PostPosted: Fri 23 Nov - 13:38 (2007)    Post subject: Les différentes Tortures Reply with quote

 Torture Chinoise (Asiatique) a base de Bambou



Torture asiatique à base de bambou, souvent utilisé pendant la deuxième guerre mondiale.
Le bambou très propice à ce supplice grâce a sa forme, sa rigidité, son besoin d'eau très faible et surtout, la faculté a pousser très vite.
(si vous n'avez pas de bambou il est possible de s'en procurer dans un magasin de plante)

==> Choisir une victime, homme de préférence.
Faire un trou dans une chaise, un banc, un meuble ou la victime puisse s'asseoir.
Acheter une pousse de bambou de 30 cm environ
ATTENTION : le trou de la chaise doit avoir le diamètre exact de la pousse de bambou.
Ensuite faire assoir la victime sur la chaise, l'attacher à l'aide de cordes, la victime ne doit plus bouger.
Il faut que l'anus de la victime soit au dessus du trou de la chaise, de façon que si un objet passe dans le trou de la chaise, il passe également dans l'anus de la personne.
Placez la pousse de bambou en dessous du trou de façon, que la pousse de bambou en grandissant passe par le trou de la chaise.
Laissez la victime sur la chaise pendant 3 semaines, le bambou en grandissant, passera par le trou de la chaise jusqu'à l'anus de la victime. Mais la croissance du bambou va continuer dans la victime.
Eviter de laisser la victime plus de 3 semaines, si la mort n'est pas désiré

==> Pour les femmes, il est préférable de mettre le sexe de la femme au dessus du trou de la chaise plutôt que l'anus




Back to top
MSN
Guest

Guest

Offline





PostPosted: Sun 17 Mar - 03:35 (2013)    Post subject: Double h Reply with quote

Bonsoir . en ce moment je suis très passioné par les tortures mais la pire pour moi que je juge de première catégorie est éplucher la peau ... il soulageant et agréable de voir souffrir les personnes mais d' ailleurs je suis en train de chercher comment les mériter . Par conséquent , toutes torture sexuelle ne m' intéresse absolument pas et je préfère confier ces tortures a d' autres alliés . Je pense que François l' ollonais était suffisament a l' aise au sujet des tortures .

Back to top
lothor



Offline


Joined: 04 Oct 2014
Posts: 2
Localisation: paris

PostPosted: Sat 4 Oct - 07:50 (2014)    Post subject: torture sur le "pau de arara" Reply with quote

le sujet est suspendu nu a une barre de fer dans une position très douloureuse et permettant de nombreuses tortures

Back to top
lothor



Offline


Joined: 04 Oct 2014
Posts: 2
Localisation: paris

PostPosted: Sat 4 Oct - 12:01 (2014)    Post subject: pau de arara Reply with quote

le sujet est suspendu nu dans cette position naturellement douloureuse

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    Le Chateau aux mysteres Forum Index -> Le Donjon de la vérité -> L'enceinte du réel
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Portal | Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2014 phpBB Group


Template :: RPG
Produit par :: Oyo
All times are GMT + 2 Hours